Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 16:24

 

(Ce billet est un compte-rendu de mon premier CA, qui s’est déroulé hier. N’hésitez pas à le commenter et à le discuter en commentaires, et surtout à y demander des précisions sur des points que j’ai pu traiter un peu vite, dans mon souci de préserver la lisibilité de ce post déjà bien long. Je répondrai bien volontiers à toutes les questions éventuelles)

 

 

Hier, à la BnF…

 

J’ai assisté à mon premier Conseil d’administration en tant que réprésentant des lecteurs. L’expérience fut intéressante à de nombreux égards, et me donne l’occasion de faire aujourd’hui un premier compte-rendu de mandat, trois mois après mon « entrée en fonctions ».

 

Le CA

 

Le Conseil d’administration (CA) de la BnF est chargé de délibérer et d’adopter formellement les décisions d’orientation et de politique générale, le budget et ses modifications, le rapport d’activité ou encore des décisions de gestion, comme par exemple la passation de marchés publics (supérieurs à 10 millions d’euros). Composé officiellement de 20 membres dont le président de la BnF, quatre représentants des personnels et deux représentants des lecteurs (un pour la bibliothèque de recherche, un pour la bibliothèque d’étude / Haut-de-Jardin), il réunit également les représentants des ministères de tutelle (Culture, Enseignement supérieur et recherche, Economie et finances) et associe en fonction des sujets abordés différents « invités », membres de la direction qui viennent exposer les motifs de certains choix que le CA est appelé à faire. Nous étions aujourd’hui 28 autour de la table, pour 12 points à l’ordre du jour, pour lesquels la discussion a duré au total 4 heures.

 

En tant que « novice » du CA, j’étais surtout là pour recueillir des informations et endosser mon « rôle » de représentant des lecteurs, en essayant de ne pas trop le subir quand même. A ce titre, l’expérience a été intéressante et m’a permis de mieux comprendre certains débats, certains enjeux, et certaines lignes de tension. J’ai tenté de faire entendre les remarques et suggestions que vous aviez pu me faire, qui ont été écoutées, même si pas toujours entendues. Ma première intervention a d’ailleurs visé à porter à l’attention des membres du CA le fait que les lecteurs souhaiteraient être plus consultés de manière générale, à la fois sur les questions qui touchent aux conditions de travail en BnF, mais aussi plus largement sur les politiques menées par elle (numérisation, débats sur le droit d’auteur…). J’entends bien continuer à relayer vos problèmes et vos souhaits pour tenter d’y apporter des solutions concrètes, alors continuez à m’en faire part, chacun de vos retours est très précieux et utile (en commentaires, ou bien à l'adresse : froabastos@gmail.com). Et comme on dit chez moi, petit à petit, l’oiseau-lecteur fait son nid (dans le jardin d’Eden). Enfin, c’est pas gagné quand même, mais on va essayer. 

Retour donc sur un ordre du jour assez chargé, que je vous résume ici en insistant sur les points essentiels. Vous trouverez en fin de billet les éléments principaux qu’il faut à mon avis retenir de ce CA.

 

Les principaux points abordés et le résultat des votes

 

Budget

 

Une grande partie des discussions a porté d’abord sur les questions budgétaires, à la fois une décision de modification du budget 2013, et le projet de budget « primitif » 2014. La bonne nouvelle, dont tout le monde s’est réjoui, est le « dégel » d’une partie de la subvention du ministère de la Culture qui avait été gelée en 2013 (3,476 millions d’euros), ce qui de l’avis de tous les participants apporte une « bouffée d’oxygène » au budget toujours très contraint de la BnF, même si ces crédits ne représentent qu’une infime partie du budget global (autour de 228 millions d’euros en 2013 er 2014).

 

La mauvaise nouvelle, c’est que les contraintes budgétaires persisteront en 2014, et vraisemblablement pour 2015, avec surtout une baisse globale de la subvention du ministère de la Culture de 2,3 millions d’euros par rapport au budget 2013 (et même 2,98 millions d’euros au total si l’on intègre des gels supplémentaires). Par ailleurs, les réductions de postes continuent, même si elles ont été finalement réduites par rapport aux prévisions : 29 postes sont supprimés en un an, au lieu des 59 initialement prévus. Mais 40 suppressions supplémentaires sont d’ores et déjà planifiées pour 2015 !

 

En définitive, le budget en l’état permet notamment le maintien du montant des acquisitions (10 millions), mais entraîne des inquiétudes, relevées par les représentants du personnel, notamment du fait du report de certains travaux reportés qui apparaissent nécessaires, comme les travaux visant à augmenter l’espace disponible pour accueillir les collections : discutés depuis 2008, ces travaux sont de nouveaux remis à plus tard, alors que selon les syndicats les collections du département Littérature et Arts ne pourront plus être augmentées dès 2017 si l’on ne procède pas à ces travaux urgents, et celles du département Philosophie, histoire, Sciences de l’homme (PHS) à partir de 2019.

 

Je me suis associé de manière générale aux réactions ambivalentes des uns et des autres, en me réjouissant d’une part de l’effort budgétaire consenti avec le « dégel » partiel, mais en appuyant les inquiétudes exprimées par les représentants des personnels. Par ailleurs, j’ai demandé des précisions sur deux points très concrets qui concernent particulièrement les lecteurs :

- le renouvellement inscrit au budget d’une partie des chaises des salles de lecture : celui-ci aura en effet lieu entre 2014 et 2016, et devrait permettre de remplacer les chaises abîmées à ce jour par de nouvelles chaises, du même modèle ou quasiment, censées être plus solides (pour 167 000 euros en 2014).

- le budget « nettoyage », qui est en hausse pour répondre à une hausse des prix du prestataire. J’en ai profité pour insister sur les problèmes récurrents de toilettes qui se posent en Rez-de-Jardin, et signaler à la direction l’effet néfaste qu’avaient eu les affichettes posées dans les toilettes et qui ironisaient sur le fait que certains lecteurs ne savaient peut-être pas lire. La direction n’était apparemment pas au courant de ces affiches, aujourd’hui retirées. Elle a par ailleurs lancé avec son prestataire une révision des rythmes et méthodes afin d’essayer d’arranger les choses, notamment pour les toilettes, même si la diminution du nombre d’employés sur le site par le prestataire fait craindre des difficultés persistantes. Dossier à suivre donc.

 

 

Questions diverses adoptées

 

Mises à part les discussions importantes sur le budget, plusieurs délibérations ont été adoptées unanimement ou quasi unanimement, sans faire l’objet de grands débats, que ce soit sur des décisions de gestion (autorisant le président de la BnF à passer des contrats sans notification au CA jusqu’à 5 millions d’euros, et sans vote en CA jusqu’à 10 millions d’euros ; la nomination d’un commissaire aux comptes ; l’extension du bénéfice des prestations d’action sociale aux agents contractuels à temps incomplet ayant 6 mois d’ancienneté, la création d’un fonds de dotation permettant d’accepter un don de 700 000 euros d’un mécène américain, destiné à financer 2 à 3 bourses de recherche annuelles, le fonds « Pigott ») ou sur des questions comme l’adoption par la BnF de la licence ouverte d’Etat pour les « métadonnées » générées par le travail de catalogage bibliographique (qui permet de les mettre à disposition de tous désormais gratuitement) ou encore l’adhésion de la BnF au consortium « Couperin.org » qui rassemble 200 établissements de recherche et bibliothèques dans une centrale d’achat de ressources numériques auprès des éditeurs scientifiques comme Elsevier, Wiley ou Springer, afin de constituer une force de négociation collective face à ces éditeurs. N’hésitez pas à me demander plus de précisions sur tous ces points s’ils vous intéressent en commentaires, et j’y répondrai plus précisément (j’ai voté positivement sur toutes questions, comme sur l’adoption du budget).

 

 

Trois sujets plus débattus

 

Mis à part ces différentes questions, trois sujets ont été beaucoup plus discutés et doivent faire l’objet d’un suivi particulier à l’avenir.

 

Le « contrat de performance » de la BnF

 

Tout d’abord, un point d’information était prévu sur le nouveau « contrat de performance » qui doit lier pour la période 2014-2016 la BnF à ses ministères de tutelle, et surtout au ministère de la Culture. Ce « contrat » est en phase d’élaboration et ne faisait pas l’objet d’un vote, puisque nous ne disposons à ce jour que du diagnostic établi par les corps d’inspection sur le précédent contrat (2009-2013, globalement positif), et des pistes pour le nouveau contrat, qui doit être voté d’ici le printemps 2014. Celles-ci sont à ce jour assez vagues et générales (en gros, il s’agit de poursuivre l’amélioration des objectifs liés aux missions fondamentales de la BnF comme la conservation, le maintien voire l’amélioration des services aux publics, ou encore l’ « optimisation » des ressources en lien avec ces objectifs et en tenant compte des contraintes budgétaires). Le fond de ces objectifs doit être discuté en Comité technique (instance réunissant la direction et les représentants des personnels à laquelle les représentants des lecteurs n’ont pas accès) et fera l’objet d’un vote au printemps. Je vous tiendrai au courant et tâcherai d’en savoir plus d’ici là.

 

Un élément d’importance néanmoins est déjà acté : la volonté de la direction de « sanctuariser » les horaires d’ouverture à la fois du Haut-de-Jardin et de la bibliothèque de recherche, suite à l’échec constaté par tous du test de la réduction des horaires en Haut-de-Jardin cet été. C’est un précédent important dans la mesure où il démontre que les éventuelles mesures d’expérimentation peuvent ne pas déboucher forcément sur une pérennisation.

 

Par ailleurs, comme vous avez pu le constater aujourd’hui, l’entrée Est est désormais terminée et ouverte, on attend plus de précisions sur la mise en place des vestiaires automatiques à l’Ouest. N’hésitez pas à nous faire part, à moi ou à l’association des lecteurs (ALUBnF), de vos remarques éventuelles à ce sujet.

 

La réforme du tarif des expositions

 

Pour la direction, il s’agit ici de procéder à un « rattrapage » de l’inflation, puisque les tarifs n’avaient pas augementé depuis plusieurs années, mais aussi de s’aligner sur les fourchettes tarifaires des autres institutions culturelles parisiennes.

Du coup, la réforme fera passer le tarif des expositions de 7 à 9 euros en tarif plein, et de 5 à 7 euros en tarif réduit, tout en introduisant une possibilité d’achats groupés massifs dégressifs (à partir de 20 billets), destinée aux comités d’entreprise.

 

La mesure a suscité de longs et houleux débats sur la question de savoir si la BnF devait chercher à « s’aligner » sur les tarifs d’institutions à vocation plus spécifiquement muséale ou non, et s’il était légitime de demander 9 euros en tarif plein pour le type d’exposition présenté à la BnF. De manière plus générale, les discussions entre la direction et les syndicats ont porté sur l’opportunité d’augmenter la part des coûts supportés par le public, et sur celle de faire un geste commercial à l’égard des comités d’entreprise.

De mon côté, dans la mesure surtout où l’ensemble des exonérations garanties pour l’instant à certains publics est intégralement maintenu (chômeurs et bénéficiaires du RSA, jeunes de moins de 18 ans, groupes scolaires, mais aussi détenteurs d’une carte annuelle de la BnF… ), je me suis prononcé pour cette augmentation.

 

Restauration : renouvellement de l'autorisation d’occupation et d'exploitation

 

Le dernier point à l’ordre du jour nous concerne tout particulièrement, puisqu’il s’agit du renouvellement de la concession accordée à un prestataire pour la restauration sur les sites de la BnF, puis précisément sur le site de Tolbiac. Il s’agit de renouveler cette concession pour 11 ans ( ! ), après appel d’offres qui n’a attiré qu’un seul candidat ( ! ), une filiale de l’actuel prestataire Elior (re- !).

 

J’ai exprimé mon désaccord et tenu à expliquer mon vote négatif sur ce point, en regrettant que ce renouvellement de marché public qui concerne au premier chef les lecteurs n’ait fait l’objet d’aucune consultation ni d’aucune procédure d’information, alors que nos retours d’expérience auraient sans doute permis de préciser le cahier des charges et, peut-être, d’apporter quelques améliorations à la situation actuelle. Par ailleurs, j’ai proposé qu’il soit demandé au prestataire, par exemple, de mettre à disposition des lecteurs un ou deux micro-ondes sous sa responsabilité.

 

Cela a été refusé, tout comme l’éventualité d’associer d’une manière ou d’une autre les lecteurs au processus de passation de marché, au moins sur ces questions. La direction argue de la difficulté à trouver des entreprises prêtes à s’engager sur ce type de marchés, ce qui est un fait, et a souligné que le « nouveau » prestataire était tenu au minimum de maintenir la gamme proposée pour l’instant (en termes de prix et de qualité), tout en la diversifiant, puisqu’un nouveau restaurant sera ouvert par la société qui a remporté le contrat, dans l’entrée Ouest, à la place des anciennes caisses, et qu’un café « mobile » devrait être installé en complément du Café des Temps en Rez-de-Jardin, dans le Club des Lois. Par ailleurs, on m’a signalé qu’un CROUS devait prochainement ouvrir sur les quais, face à la BnF, ce qui pourrait en effet constituer une solution alternative pour les lecteurs les plus précaires, qui devront néanmoins pour cela sortir du bâtiment, avec les difficultés que cela peut supposer.

 

J’ai donc voté contre ce point, et je vais continuer à discuter avec la direction, mais aussi plus directement avec la société Elior, afin de voir quelles sont les solutions que l’on pourrait envisager pour satisfaire les nombreuses réclamations des lecteurs à ce sujet.

 

 

Conclusions

 

En définitive, plusieurs dossiers généraux en cours sont à suivre de près, du fait des conséquences qu’ils pourraient avoir sur les services au lecteur :

- les contraintes budgétaires et la diminution constante des personnels est un problème majeur et récurrent ;

- la question de la place disponible pour accueillir les collections se pose de manière urgente, et doit être mise en rapport avec les aménagements récents qui ont conduit par exemple à céder une partie de la réserve foncière au MK2 pour ses nouvelles installations à l’Est ;

- la politique de numérisation de la BnF, dans le cadre des nouveaux objectifs qui pourraient être définis pour le futur « contrat de performance », doit faire l’objet d’une attention particulière, notamment pour éviter que le « tout numérique » ne l’emporte et empêche par exemple à terme la consultation d’ouvrages ou de pièces dont le « rendu numérique » ne seraient pas optimal ;

 

En ce qui concerne les conditions matérielles de travail des lecteurs, je continuerai à tenter de faire avancer plusieurs dossiers d’ici le prochain CA, notamment la question de la diversification, de l’amélioration et de l’accessibilité de la restauration en BnF et celle de la propreté et notamment du bon fonctionnement des toilettes.  

Même si l’appartenance au CA est la principale attribution officielle du représentant des lecteurs, sachez par ailleurs que je suis en contact régulier avec le directeur général adjoint, Denis Bruckmann, avec qui je discute en permanence de tous les (petits et gros) problèmes que vous pourriez rencontrer à la BnF. C’est avec lui, depuis septembre, que j’ai échangé au sujet des micro-ondes, par exemple, mais aussi au sujet de la demande de mise en place d’un tri sélectif en Rez-de-Jardin émise par l’une d’entre vous (refusée pour l’instant pour des raisons budgétaires), sur les problèmes d’identifiants de certains d’entre vous, ou encore sur les sempiternels problèmes de glissade sur l’esplanade et de pare-soleil dans les salles L à N. Il n’est pas facile de mettre en place rapidement des solutions à chacun de ces problèmes (notamment les deux derniers, qui impliquent un coût ou des procédures longues…), mais j’ai bon espoir que si nous continuons à nous mobiliser collectivement, on puisse y arriver à terme.

C’est pourquoi nous avons besoin, ALUBnF et moi, que vous continuiiez comme beaucoup d’entre vous l’ont déjà fait, à faire remonter toutes les remarques, suggestions, problèmes que vous pouvez rencontrer en BnF, car c’est la seule manière pour nous de continuer à agir auprès de la direction, afin de parvenir dans les meilleurs délais à des solutions concrètes pour le maximum de ces questions. L’engagement des lecteurs pour l’amélioration des conditions de travail et de vie en BnF ne se joue pas qu’au moment des CA, qui ont lieu au mieux 3 ou 4 fois par an, mais en permanence et par l’action de tous. A vos claviers !

 

Moyens de contact :

Mon adresse pour tout problème ou suggestions : froabastos@gmail.com

Twitter : @DoyouBnF

Facebook : https://www.facebook.com/doyou.bnf

 

ALUBnF :

Email : alubnf@gmail.com

Twitter : @ALUBnF

Facebook d’ALUBnF : https://www.facebook.com/alubnf

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Do you BnF ? - dans CA BnF
commenter cet article

commentaires

luc 12/06/2017 04:21

Bonjour,
Email à contacter : combojeanluc@hotmail.com
Vous êtes à la recherche d’un prêt légitime? Fatigué de la recherche de prêts et Hypothèques? Avez-vous été rejetée par vos banques? Avez-vous besoin d’un prêt à effacer vos dettes / factures? Ensuite, votre traumatisme financière est terminée, Moi j’ai réussi à avoir un crédit entre particulier Chez Mr COMBO les conditions sont bonnes ainsi que le mode de remboursement.C'est vraiment du sérieux le taux d’intérêt est 2 %. Si par ailleurs vous avez besoin d'un crédit,
Pour le contacter voici Son adresse email:

combojeanluc@hotmail.com
combojeanluc@hotmail.com
combojeanluc@hotmail.com

Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin
Cordialement

puggioni 04/05/2017 04:27

Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour
achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres
entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Nous octroyons des
crédits personnels allant de 2000 jusqu'à 800. 000€ avec un taux d'intérêt
nominal de 2% quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos
demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date.
Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels: puggioni-christophe@hotmail.com
Sigma Crédit à vos services 24/24 Heures
P. S: je ne prête qu'aux personnes successibles de me rembourser.

puggioni 04/05/2017 04:26

Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour
achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres
entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Nous octroyons des
crédits personnels allant de 2000 jusqu'à 800. 000€ avec un taux d'intérêt
nominal de 2% quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos
demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date.
Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels: puggioni-christophe@hotmail.com
Sigma Crédit à vos services 24/24 Heures
P. S: je ne prête qu'aux personnes successibles de me rembourser.

Angelilie 28/04/2017 18:26

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir

Claudia Buyse 07/05/2016 23:57

Administrateur de ce site permettez moi de publier ce témoignage dans votre groupe car j'ai retrouvée le sourire grâce Mr DUVRAIT Carlos .
Plus de besoin de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables. Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Il octroi des crédits personnels allant de 2000 jusqu'à 1.000.000 avec un taux d'intérêt nominal de 1,5% quel que soit le montant. Veuillez préciser dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date, en retour, il vous présentera ces conditions de prêt, vous serez satisfaits sous 48h je vous le garantir, j'ai reçu mon crédit auprès de ce Monsieur qui m'a été conseiller par une Amie de service.

Veuillez l'écrire pour vos prêts personnels : Carlosduvrait@yahoo.fr

Bonne chance à vous.
PS : C'est pas de la l'arnaque , ni une plaisanterie c'est du sérieux .
Donc, Merci de faire passer le message .

Recherche

Description

La vie à la Bibliothèque nationale de France (BnF) vue par des résidents permanents du Rez-de-Jardin

Rien à voir, ou presque